Ateliers Philo'Zenfants ( de la moyenne section au CE1)

Pourquoi faire entrer la philosophie dans les classes de maternelle (MS et GS) et de primaire (CP-CE1) ?

  • DES CITOYENS EN DEVENIR

La philosophie répond à plusieurs enjeux fondamentaux en maternelle et en primaire. Tout d’abord, l’enfant est un citoyen en devenir et il appartient à l’enseignant – tout comme au parent – de lui donner les moyens de développer par lui-même une pensée critique. L’enseignant ou l’animateur des ateliers permet en effet, en adoptant une posture d’écoute active, de développer la confiance en lui-même de chaque enfant afin qu’il puisse exprimer sa propre pensée et qui plus est, l’exprimer devant les autres. L’élève devient en quelque sorte un « citoyen éclairé » qui sera plus tard à même d’intervenir de manière confiante et pertinente dans le débat public.

  • PENSER AVEC LES AUTRES

Mais si, au travers des Ateliers philo’zenfants, l’enfant apprend à exprimer sa pensée devant les autres, il apprend aussi à la confronter à celle des autres. De cette manière, il développe une capacité à accepter la contradiction et le débat. Ce qui lui permet par ailleurs d’enrichir sa propre pensée de celle des autres. Enfin, la confrontation de ses idées avec celles des autres permet aussi à l’enfant de chercher des explications à ses idées et l’aide ainsi à faire un premier effort d’abstraction.

  • DEVELOPPER SES COMPETENCES LANGAGIERES

Ensuite, les Ateliers philo’zenfants participent également de la formation scolaire de l’élève puisqu’ils contribuent au développement des compétences langagières, que ce soit dans le domaine de la pensée ou de la communication. Il développe en effet, durant les ateliers, un vocabulaire précis et parvient à formuler et à reformuler sa pensée afin qu’elle soit la plus claire possible pour ses interlocuteurs.

Mais… est-ce vraiment de la philosophie ?

Quand il amène les élèves à se poser des questions, l’animateur ou l’enseignant leur fait-il réellement faire de la philosophie ? On pourrait être tenté de penser qu’il n’en est rien puisqu’il n’y a rien de commun entre un jeune enfant et un philosophe, tant dans les connaissances que dans la capacité à raisonner. Toutefois, ils ont en commun une curiosité, un désir de savoir, une envie de remettre en cause ce qu’ils semblent déjà savoir. L’étonnement naturel des enfants se doit simplement d’être mis en valeur par le questionnement et confronté à la pensée collective ; de cette manière, la réflexion qui émerge de la discussion au sein de l’ensemble du groupe devient par là-même philosophique.

Comment se déroulent les ateliers ? 

Pour avoir plus d'informations sur les aspects pratiques, contactez-nous via le formulaire de contact ou sur notre adresse email eduquetvous@gmail.com.